• L’attestation de foi (la shahâda)

  • attestation-foi-shahada

     

    Premièrement : définition de l’attestation de foi (lâ ilâh illa Allah Mohammed Rasûl Allah)

     

    • Définition de lâ ilâh illâ Allah (il n’y a d’autre dieu digne d’être adoré en dehors d’Allah) :
      Cela consiste à croire et à reconnaitre que Seul Allah mérite l’adoration ; il incombe de se conformer et de mettre ce principe en pratique. lâ ilâh (il n’y a d’autre dieu) : c’est renier de vouer légitimement l’adoration à qui que ce soit en dehors d’Allah. illâ Allah (en dehors d’Allah) : c’est reconnaitre de vouer légitimement l’adoration à Lui Seul.
      Voici l’explication succincte de cette attestation : il n’y a aucune divinité digne d’être adorée en dehors d’Allah. Le complément (khabar) de la phrase négative est implicite. Le choix de « digne d’être adoré » est imposé par le contexte. Il n’est pas permis de dire : il n’y a d’autre dieu "existant", car cela est contraire à la réalité. Il existe en effet de nombreuses divinités en dehors d’Allah. Choisir « existant » signifierait que l’adoration vouée à toutes ces idoles reviendrait à la vouer à Allah. Le sens de la phrase serait alors complètement faux. Il s’accorderait avec le monisme dont les adeptes sont les plus mécréants de la terre !
    • Définition de Mohammed Rasûl Allah (Mohammed est le Messager d’Allah) :
      Cela consiste à reconnaitre au niveau de la pensée et des actes que Mohammed est le serviteur et le Messager d’Allah envoyé à tous les hommes. Il incombe également de mettre en pratique ce que cela implique ; soit à obéir à ses commandements, à croire à ses informations, à s’éloigner de ce qu’il a interdit et condamné, et à adorer Allah de la façon dont il l’a légiféré.

     

    Deuxièmement : les deux éléments de l’attestation de foi

     

    A - lâ ilâh illâ Allah

     

    • Celui-ci se subdivise également en deux éléments : une négation et une affirmation.
      Le premier : à la forme négative, lâ ilâh refuse toutes les formes d’Association (shirk) et implique de renier toute divinité en dehors d’Allah.
      Le deuxième : à la forme affirmative, illâ Allah établit que Seul Allah mérite de recevoir l’adoration et implique de mettre ce principe en pratique. On retrouve ces deux éléments dans de nombreux Versets du Coran, à l’exemple de : [Celui qui renie le Taghût et qui croit en Allah, s’accroche ainsi à un lien solide].[1]
      [Celui qui renie le Taghût] est synonyme du premier élément (lâ ilâh),
      [et qui croit en Allah] est synonyme du deuxième élément (illâ Allah).
      Ainsi, les adeptes de lâ ilâh illâ Allah vouent à leur Seigneur un amour exclusif et les adeptes de l’association partagent leurs sentiments entre Allah et les idoles. Ce comportement va à l’encontre de lâ ilâh illâ Allah et de ses implications.

     

    B - Mohammed Rasûl Allah

     

    • Celui-ci à deux éléments qui se résument dans nos paroles : « le serviteur et le Messager d’Allah » ; ils s’opposent à deux extrêmes que sont l’ifrât (en faire trop) et le tafrît (ne pas en faire assez) à son égard. Il est donc le serviteur et le Messager d’Allah. Ces deux nobles qualités dénotent qu’il est le plus parfait des hommes. « le serviteur » signifie dans ce contexte qu’il est esclave et adorateur. Autrement dit, il est un homme qui fut créé de la même manière que les autres humains et est soumis aux mêmes aléas, comme le formule le Verset : [Dis : je ne suis qu’un homme comme vous].[2] Il se distingue pour avoir parfaitement satisfait son rôle de serviteur, comme Allah nous l’apprend : [Allah ne suffit-Il pas à Son serviteur ?][3][Louange à Celui qui a révélé à Son serviteur le Livre],[4] [Gloire à Celui qui a fait voyager Son serviteur de nuit de la Mosquée sacré].[5]
      « Le Messager » signifie que Mohammed, annonciateur et avertisseur, fut envoyé à tous les hommes afin de leur prêcher la cause d’Allah.

     

    Troisièmement : les conditions d’acceptation de l’attestation de foi

     

    A - Les conditions d’acceptation de lâ ilâh illâ Allah

     

    L’attestation qu’il n’y a un qu’un seul Dieu est soumise à sept conditions d’acceptation. Cette attestation ne peut être utile à celui qui ne les fournit pas toutes. Succinctement, ce sont :

    • Le savoir (el ‘ilm)
      Autrement dit, il faut connaitre le sens exprimé par cette attestation, ce qui l’annule et ce qui la vérifie. Ce savoir s’oppose à l’ignorance. Allah révèle à ce sujet : [Sauf ceux qui témoignent en toute vérité, alors qu’ils savent][6] ; c’est-à-dire « qui « témoignent » de lâ ilâh illâ Allah, « alors qu’ils savent » avec leur cœur ce que leur langue prononce. Cette attestation n’a aucune utilité pour celui qui la formule sans en connaitre le sens, car, auquel cas, il ne peut fonder dessus une croyance (ou adhérer au sens qu’elle exprime ndt.).
    • La conviction (el yaqîn)
      Il faut (en la disant) être convaincu des enseignements qu’elle exprime. Elle ne peut être utile pour la personne sceptique. Allah déclare : [Les croyants sont uniquement ceux qui croient en Allah et à Son Messager, et qui ne doutent pas ensuite].[7] Le doute est propre aux hypocrites. Le Prophète (r) a dit : « À quiconque tu rencontres derrière ce mur et qui témoigne qu’il n’y a de Dieu qu’Allah, en étant convaincu du fond du cœur, annonce-lui le Paradis. »[8] Par conséquent, celui qui doute au fond de lui ne mérite pas d’entrer au Paradis.
    • L'acceptation (el qabûl)
      Il faut accepter ce que cette parole exige : elle exige d’adorer Allah Seul et de délaisser toute autre divinité. Celui qui l’a prononce sans l’accepter ni s’y conformer, il est concerné par le Verset : [Quand on leur disait qu’il n’y avait de Dieu qu’Allah, ils s’enflaient d’orgueil • Ils disaient : « Devrions-nous délaisser nos idoles pour un poète et un fou ?»][9] Les adorateurs des tombes font exactement la même chose aujourd’hui. Ils disent lâ ilâh illâ Allah, tout en continuant à leur rendre le culte. [Ils trahissent] ainsi qu’ils n’acceptent pas réellement le sens de la shahâda.
    • La soumission (el inqiyâd)
      Comme la shahâda l’indique. Allah (I) a dit : [Quiconque soumet son visage à Allah, en étant bienfaisant, il s’accroche ainsi à un lien solide].[10] Ce fameux « lien solide », c’est lâ ilâh illâ Allah. « soumet son visage à Allah » signifie qu’il se résigne à Lui à travers la sincérité exclusive (ikhlâs).
    • La sincérité (e-sidq)
      L’auteur de cette parole doit être sincère au fond de lui. Seul un menteur hypocrite la prononce sans faire preuve de sincérité. Le Très-Haut révèle : [Certains gens prétendent qu’ils croient en Allah et au Jour dernier, alors qu’ils ne sont pas croyants • Ils veulent tromper Allah et les croyants… ils ont un châtiment douloureux à cause de leurs mensonges].[11]
    • Le dévouement exclusif (el ikhlâs)
      Cela consiste à épurer les œuvres des souillures de l’Association. Son auteur ne doit chercher en la disant aucun intérêt matériel ni ostentation ni notoriété, conformément au hadîth authentique. Selon ‘Utbân en effet, le Prophète (r) a dit : « Allah a interdit à l’Enfer celui qui dit lâ ilâh illâ Allah en voulant à travers cela, Son Visage. »[12]
    • L’amour (el mahabba)
      Cela consiste à aimer cette parole et ses enseignements, ainsi que ses adeptes qui les mettent en pratique. Allah révèle : [Certains gens prennent en dehors d’Allah des égaux qu’ils aiment comme Allah, tandis que les croyants aiment Allah davantage].[13] Les adeptes de la shahâda vouent à Leur Seigneur un amour exclusif, tandis que les païens aiment Allah certes, mais ils partagent cet amour avec leurs idoles. Ce sentiment va à l’encontre des exigences que renferme ce témoignage.

     

    B - Les conditions d’acceptation de Mohammed Rasûl Allah

     

    • Reconnaitre sa prophétie et y donner foi avec le cœur.
    • La prononcer et la reconnaitre verbalement.
    • Le suivre en mettant en pratique la vérité qu’il a apportée aux hommes, et en s’éloignant du faux contre lequel il a mis en garde.
    • Donner foi à ses paroles qui touchent aux mystères de l’inconnu comme les histoires des événements passés et futurs.
    • L’aimer plus que soi-même, ses richesses, ses enfants, ses parents, et tous les hommes en général. Devancer sa parole sur celle de n’importe qui et mettre sa Tradition (sunna) en pratique.

    Que les prières d’Allah et Son Salut soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur ses proches et ses Compagnons !

     

     

    [1] La vache ; 257
    [2] La caverne ; 110
    [3] Le rassemblement ; 36
    [4] La caverne ; 1
    [5] Le voyage nocturne ; 1
    [6] Les ornements ; 86
    [7] Les appartements ; 15
    [8] Ce hadîth est dans le recueil e-sahîh.
    [9] Les rangs ; 35-36
    [10] Luqmân ; 22
    [11] La vache ; 8-10
    [12] Hadîth rapporté par el Bukhârî et Muslim.
    [13] La vache ; 165

     

    Référence :

    De l’érudit : Cheïkh Salih Fawzan Ibn AbdAllah El Fawzan.
    Membre de l’Ordre des Grands Savants d’Arabie saoudite et du Comité Permanent de la Fatwa.

     

    Crédit auteur

     

    Découvrir le deuxième pilier de l'Islam